Itw Raptus le travailleur Catalan

Merci au journal Le Travailleur Catalan pour son interview!
ITW le Tc

Elmediator. Rencontre avec Raptus.

Ils sont 5. Et depuis qu’ils savent qu’ils vont participer aux Déferlantes le 8 juillet, les Raptus: Laurent, Damien, Sébastien, Maxime et Oussama sont sur un petit nuage. Influencés par de multiples univers musicaux, ils distillent un son mêlant punk rock et métal : énergique et impulsif. Quoi de plus logique que de se nommer Raptus, un terme psychiatrique désignant un passage à l’acte impulsif et sans concession.

Pourquoi ce choix d’écrire et de chanter en français?

C’est une volonté, cette langue a un passé littéraire immense, c’est une manière pour nous d’être au plus près de ce que l’on veut exprimer et se faire comprendre du public.
Il y a une sorte de poésie cynique dans les textes.

Vos textes sont-ils une arme, une forme d’engagement? Et pourquoi le rock?

Certains textes parlent d’engagement, dans le morceau «pathetic patata» on dénonce l’attrait que certaines personnes ont pour les télés-réalités, la stupidité des programmes, en soit c’est déjà une sorte de rébellion. Le rock est déjà une arme, au sens où ce style musical l’est depuis des années, ça permet de faire passer des sentiments, des ressentis. Mais ce que l’on fait n’est pas forcement militant, tous nos textes n’ont pas d’engagement à proprement parler. On apprécie le rock, on aime toutes ses variantes, on mélange les influences de chacun des membres du groupe, ça passe par le rock, le métal, le punk… Et ça nous plait, on se retrouve bien dans ce mélange. On ne veut pas forcement être dans la tendance, suivre le mouvement, on fait de la musique avant tout parce l’on aime ce que l’on fait. Toutes nos chansons sont différentes ce qui permet à un large public de s’y retrouver.

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène? Etes-vous prêts?

Pas vraiment (rire), on boit un coup et on se donne à fond une fois sur scène, on vit a fond le moment. On veut avant tout s’éclater sur scène, rencontrer un nouveau public ou d’autres groupes.

Rédigé le 05/07/2016

Entretiens Réalisé Par Josephine Pagano